Inspirations

Films et livres

Très intime – Solange (2017)

Très intime – Solange (2017)

Elles ont entre 18 et 46 ans. Solange s’invite dans leur chambre à coucher. Elle leur demande comment ça se passe, concrètement, dans leur vie sexuelle et affective. Directes, caustiques, réjouissantes, lucides, elles n’éludent ni les libidos en berne, ni les petits arrangements avec soi-même, ni les abus. Elles disent tout, elles le disent bien, avec les vrais mos, et ça secoue.


Extrait :

« Quand j'ai connu Ulysse, au début, quand j'allais dormir chez lui, je disais que j'allais dormir chez ma meilleure amie. Ma belle-mère s'en est rendu compte très rapidement, et elle m'a mis devant le truc : "Bon, en fait, tu vas dormir chez ton copain, c'est ça ?". Et moi j'étais en mode : "Han, mon Dieu, mais comment elle sait ?" Et donc je lui ai dit. Au début, elle a pris un ton assez "Bon, c'est pas grave", à rigoler, etc. Elle a dit : "Mais il faudrait que tu en parles à ton père." Et quand j'en ai parlé à mon père, là, ça s'est très mal passé, c'est à dire qu'elle a complètement changé de discours. Je ne sais pas si elle avait réfléchi ou quoi, mais en gros elle a dit que j'avais passé la nuit avec un garçon, que c'était pas bien, non pas que c'était pas bien en soi, mais que c'était pas bien de ne pas les avoir prévenus, parce que j'aurais pu tomber enceinte, et là c'est eux qui auraient été responsables, qu'il fallait que je prenne la pilule - ce dont je n'avais pas spécialement envie, mais je n'ai pas tellement eu le choix. Le deal, c'était que je n'avais pas le droit de retourner dormir chez Ulysse tant que je n'avais pas pris de rdv avec un gynéco. (Soupir). Tant que je ne prenais pas la pilule, c'était genre j'avais de gros risques de tomber enceinte. En fait ce qui m'a énervée, c'est surtout qu'ils me prenaient pour une cruche, quoi. Càd que je ne savais pas prendre mes décisions toute seule et qu'on pouvait pas me laisser un peu d'indépendance parce que j'allais pas me protéger etc. J'ai eu beau essayer de leur expliquer calmement qu'il y avait quand même deux ou trois autres méthodes possibles, il n'y a rien eu à faire. Du coup, je n'ai pas réussi à m'opposer à eux. En fait, dans l'absolu, la pilule, je n'y étais pas opposée fermement, càd que prendre la pilule à un moment ou à un autre, j’allais le faire, mais qu’on me mette devant le truc en m’obligeant à le faire là, maintenant, tout de suite, et pas parce que moi je l’avais choisi mais parce que eux considéraient que c’était bien, j’ai vraiment vécu ça comme une intrusion. »

Madeleine (18 ans)

Dans la forêt (1996)

Dans la forêt (1996)

Nel et Eva, 17 et 18 ans, vivent depuis toujours dans leur maison familiale, au cœur de la forêt. Quand la civilisation s’effondre et que leurs parents disparaissent, elles demeurent seules, bien décidées à survivre. Il leur reste, toujours présentes, leurs passions de la danse et de la lecture, mais face à l’inconnu il va falloir apprendre à grandir autrement, à se batrre et à faire confiance à la forêt qui les entoure, remplie d’inépuisables richesses.


Extrait :

« Là, à côté de la maison en feu, elle a exécuté une danse qui se débarrassait de la danse classique comme une peau devenue trop grande et laissait la danseuse fraîche et joyeuse et courageuse. Avec des nouveaux mouvements qui n’avaient pas de noms, elle a dansé la danse d’elle-même, tantôt sauvage, tantôt tendre, tantôt pesante, tantôt sautillante. Sur le sol raboteux, elle a dansé au son de notre maison qui brûlait. Au bout d’un moment, épuisée et exaltée, ma soeur s’est jetée à terre. Je me demande, a dit Eva en se levant pour recommencer à danser, pourquoi qui que ce soit voudrait marcher sur l’eau… alors qu’on peut danser sur la terre. »