Documentaire


Synopsis

J’ai réuni des femmes dans une salle de danse, un matin. Elles ne se connaissent et ne ressemblent pas, ni physiquement, ni mentalement. Pourtant, deux choses nous rassemblent toutes : un rapport douloureux avec le monde médical et le besoin de retrouver nos corps. Un long processus de guérison va être entrepris, ensemble, pour tenter de s’appartenir à nouveau.
 
 

Février 2017. Je rentre d’un très beau voyage et j’emporte avec moi un bracelet acheté au bord d’une plage la veille de mon départ. Le bijou représente un cercle, avec, en son centre, de nombreux autres cercles qui semblent former une fleur. Je découvre qu’il s’agit de la Fleur de vie (Flower of Life) et très vite, tout converge vers elle. Effectivement, c'est à mon retour que je décide de réaliser ce documentaire et en décortiquant l’appellation, il devient évident qu'il doit porter ce nom. FLOWER. Le sexe féminin est souvent associé à l’image d'une fleur et le film aborde le sujet des violences gynécologiques. LIFE. C’est la reprise de pouvoir sur soi, sur sa propre vie qui primera, l’idée d'empowerment.

J’ai lu, vu et écouté pas mal de choses au sujet de la Fleur de vie et un tas d'interprétations existent de part le monde. A travers ce documentaire, c'est ma vision que j'exprime. D’abord, la synergie et l’unité, représentées par les différents cercles qui la composent et qui sont en interaction les uns avec les autres pour former quelque chose de plus grand. En œuvrant ensemble, ces femmes - dont je fais partie - font naitre ce qui n’aurait pu exister si elles n’avaient pas été ensemble. C’est ce travail collectif qui est au cœur du processus de résilience.

Au-delà de cette coopération créative, c'est l'importance d'en revenir au corps que je souhaite souligner et la Fleur de vie est une vibration. Pour la ressentir, il faut être dans son corps, dans ses cellules. C’est la raison pour laquelle j’invite chacune d’entre nous à témoigner en mots mais aussi en mouvements. C’est la possibilité de recommencer à bouger, à sortir de l’immobilité aussi bien physiquement que symboliquement. Tout l’enjeu est cette réappropriation du corps pour se libérer enfin.

Présentation de l'équipe


Il me tient à cœur de travailler avec des femmes sur ce projet autant au niveau du fond que de la forme car le processus qui précède la réalisation du documentaire est tout aussi important que le documentaire lui-même à mes yeux. Au sein du film, 8 femmes vont témoigner. Pour encadrer ce travail, l'équipe de tournage est entièrement féminine (depuis l’ingénieur son, jusqu’aux cheffes op) pour faciliter la parole (s’exprimer devant des personnes du même sexe sur des sujets aussi intimes me semble plus sécurisant) mais aussi parce que je mets un point d’honneur à ce que des femmes occupent des postes qui reviennent le plus souvent à des hommes (constat fait après avoir moi-même travaillé plusieurs années dans le milieu du cinéma en tant qu'assistante de production). Enfin, les financements du film proviennent principalement de co-productrices, qui prennent une part active dans le processus de création.

 

Chloé De Bon

Réalisatrice


Chloé est une jeune réalisatrice. Diplômée de l’IHECS en 2012, elle a travaillé en tant qu’assistante de production dans le milieu du stand-up /festival pendant 3 ans et celui du cinéma pendant 2 ans. Son dernier tournage, le long métrage Kursk - réalisé par Thomas Vinterberg - s’est clôturé en août 2017. Depuis lors, elle se consacre à la réalisation de son premier documentaire Flower of Life. En janvier 2019, elle crée l'association FEMMESProd qui produit le film et a pour mission de visibiliser les femmes, encourager l’empowerment et créer des espaces d’expression, pour elles et leur corps.

Charlotte Marchal

Cheffe opératrice


Diplômée de l’INSAS en section image, Charlotte est cheffe opératrice et vidéaste. Elle s’occupe de la direction de la photographie sur des projets de courts et longs métrages de fiction. Elle occupe également la place d’assistante opératrice aux côtés de différents directeurs de la photo. Depuis 2017 elle a intégré l’équipe vidéo de Cold Blood – spectacle de nanodanse imaginé par Michèle Anne De Mey, Jaco Van Dormael et le collectif Kiss & Cry. Son travail s’inscrit aussi dans le domaine de l’art contemporain via la collaboration avec différents artistes.

Juliette Van-Dormael

Cheffe opératrice


Née en 1990 à Bruxelles, Juliette a étudié à l’INSAS. Elle travaille comme directrice de la photographie et se fait remarquer avec le long métrage Mon Ange pour lequel elle a gagné le « Best Cinematographer’s Début » à Camerimage et qui a été nominé aux « ASC Awards ». Elle travaille également dans le milieu du théâtre et exerce son métier live dans Sylvia de Fabrice Murgia ou encore Cold Blood de Jaco Van Dormael, Michèle Anne de Mey et le collectif Kiss & Cry.

Jeanne Debarsy

Ingénieur du son


Jeanne est ortie de l’IAD en 2007 où elle a suivi une formation d’ingénieure du son. Elle se passionne pour le média radiophonique car celui-ci lui procure une liberté d’action et d’expression précieuse à ses yeux. Elle réalise plusieurs documentaires sonores : Ino Vaovao Mada?, Los Santos, Terre noire et en 2017, elle signe - avec Maël Lagadec - sa première fiction radiophonique : La première fois que je suis devenu foule qui marque le début d’une période davantage expérimentale où le sonore prend le pas sur le discours, comme en témoignent aussi ses dernières créations : Fragments from Africa ou encore Avec le vent.

Sofia Lemos Marques

Assistante de production


A venir...

Carlota González-Hontoria

Assistante à la réalisation


Autodidacte, Carlota G. a commencé à travailler sur les tournages en 2014 en tant que régisseuse avant de devenir assistante mise en scène. Devenue 2ème assistante, elle a travaillé sur des projets d'envergure tels que Kursk, Les Misérables. Ayant également le désir de réaliser, elle a mis momentanément les (gros) tournages entre parenthèses pour se consacrer à l'écriture de ses propres projets.

Simona Soledad

Danseuse, chorégraphe


Danseuse, chorégraphe et pédagogue passionnée, elle réalise plusieurs projets dédiés aux femmes et continue sa propre recherche autour des multiples questions liées au corps et à la perception de celui-ci dans l'espace public. Elle a travaillé en Suisse, en France, à Cuba, au Chili et en Belgique. Ses performances ainsi que ses ateliers visent à aller au-devant du mouvement général du monde. En 2019, elle a fondé l'association No-body Is Wrong qui se présente comme une plateforme d’éducation populaire visant à accompagner toutes personnes souhaitant se défaire des pressions exercées sur leur apparence. Il s’agit, à travers d’ateliers, d’interventions ou d’accompagnement spécifiques, de créer des espaces de liberté pour le corps afin qu’il se sente en droit d’exister.

Femke Muylaert

Chorégraphe


Femke a étudié la thérapie de la danse et du mouvement. Elle a pas mal d'expérience auprès des femmes et des enfants et utilise différents outils pour créer des espaces où ils peuvent se sentir en sécurité afin de leur permettre de se reconnecter à leur vie émotionnelle, la conscience et l’estime d’eux-mêmes via leur corps. Elle est à l’initiative du collectif Madame Orisha duquel est né le concept « Teuf de Meuf », des fêtes pour femmes uniquement. Avec ce projet, elle a déjà attiré plus de 500 femmes et beaucoup d’entre elles témoignent du changement significatif qu’elles ont pu observer par rapport à leur estime d’elles-mêmes, leur bien-être personnel, l'amélioration des notions de sororité et de solidarité féminine.

Paulynka Hricovini

Animatrice


Réalisatrice et illustratrice d’origine slovaque née en France, Paula Hricovini, aka Paulynka, s’envole pour la Belgique afin d’étudier le cinéma d’animation à l’ENSAV La Cambre de Bruxelles dont elle sort diplômée avec distinction. Elle se lance alors naturellement en tant qu’animatrice et directrice artistique indépendante pour la publicité, des clips musicaux, divers labels et agences à travers l’Europe. En 2015 elle cofonde le collectif créatif Framekit Studio, avec son collègue animateur Anthony Sarrus. Ils travaillent sur de nombreux projets pendant près de 3 ans. Aujourd’hui, c’est avec Volstok, un studio d’animation gantois, qu’elle développe son expérience.

Coline Cornélis

Illustratrice


Coline Cornélis est illustratrice, DJ et chargée de projet à la maison de littérature Passa Porta, à Bruxelles. Elle dessine de petits et grands sentiments à l’aide de traits simples, presque naïfs. Elle a réalisé l’artwork de la série Zibaldone du musicien anglais Rupert Clervaux, et a plus récemment sorti LLIM01, une mixtape où musique, mots et dessin se lient.

Amandine Schneider-Depouhon

Traductrice


Passionnée par les langues et les échanges qu’elles permettent, Amandine a étudié la traduction littéraire depuis l’anglais et l’allemand à Bruxelles. Après un bref passage dans le milieu de l’édition à Paris, elle est revenue à ses premières amours et est aujourd’hui traductrice indépendante. Particulièrement sensible aux questions abordées par le documentaire Flower of Life, c’est avec joie qu’elle se charge de la version anglaise du site et de la communication autour du projet.

 

 

YouTube
YouTube
Instagram