Flower of Life est un documentaire qui traite du processus de guérison de femmes pour retrouver leur corps suite à des violences vécues dans le milieu médical notamment en matière de contraception/gynécologie.

Les violences médicales : de quoi s’agit-il ?


Autant pour les hommes que pour les femmes, cette notion semble floue. Dès lors, il semble important de revenir sur des notions de vocabulaire. Les violences gynécologiques et obstétricales ont été introduites dans le débat public assez récemment. En Belgique, le combat est mené depuis 2013 par Marie-Hélène Lahaye, auteure du blog marieaccouchela. Elle définit les violences obstétricales comme suit : « Tout comportement, acte, omission ou abstention commis par le personnel de santé, qui n’est pas justifié médicalement et/ou qui est effectué sans le consentement libre et éclairé de la femme enceinte ou de la parturiente ». Pour les violences gynécologiques, il est possible de se baser sur cette même définition et spécifier que cela se produit également pour les femmes suivies par un.e gynécologue.

Les critiques ne se sont pas faites attendre et des voix s’élèvent contre les mots utilisés. Concernant le terme violence, il peut paraitre rude de prime abord, cependant, les faits et les impacts correspondent à ceux explicités dans la définition proposée par l’OMS : « La violence est l’utilisation intentionnelle de la force physique, de menaces à l’encontre des autres ou de soi-même, contre un groupe ou une communauté, qui entraine ou rique fortement d’entrainer un traumatisme, des dommages psychologiques, des problèmes de développement ou un décès ».

Soulignons que même si le sujet principal du film porte sur cette thématique, le message du documentaire se veut positif. Il est primordial de nommer ces violences pour les identifier clairement mais si certaines femmes sont victimes du système médical, "Flower of Life" veut surtout les montrer comme des joyeuses battantes. C'est le processus de résilience qui sera mis en avant et surtout, la manière dont elles se ré approprient leur corps.


Quelles formes peuvent prendre les violences gynécologiques ?

Source : Brochure « Touche pas à mon corps sans mon accord »



 
 
 
YouTube
YouTube
Instagram